موقع ووردبريس عربي آخر

Une nouvelle collaboration entre le Maroc, la FAO et la Coopération Suisse pour promouvoir la gestion participative des bassins versants et la lutte contre l’érosion

le Maroc est parmi les pays les plus affectés par la désertification avec un climat aride et semi-aride couvrant plus de 93% de son territoire. A l’instar de la plupart des pays du continent africain, le Maroc reste confronté, depuis plusieurs décennies, aux graves menaces de la désertification et de la dégradation de ses ressources naturelles.

Le HCEFLCD s’est réuni aujourd’hui avec la FAO et la Coopération Suisse pour signer l’accord d’un Projet sur la « Gestion Participative et Intégrée des Bassins Versants pour la Lutte contre l’Erosion ». Ce projet vient consolider les programmes de développement et de conservation des milieux naturels qui visent l’atténuation des effets des changements climatiques, l’intensification du secteur agricole à travers le renforcement des capacités des intervenants et des agriculteurs, l’amélioration des conditions de vie de la population rurale et la lutte contre la précarité. Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’initiative 4 pour mille lancée lors de la COP 21.

La mise en œuvre de ce projet constitue en principe une continuité à une série de projets qui ont été mis en œuvre dans la zone de Midelt par le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêt et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dont on peut citer particulièrement le Projet de « Lutte contre la Désertification et la Pauvreté à travers la Cogestion des Bassins Versant ». Un budget de plus de 2.000.000 $ sera accordé pour la réalisation de ce projet étalé sur une période de deux ans (2016-2017). L’objectif du projet est de démontrer la faisabilité et l’impact potentiel de la nouvelle approche/génération promue par la FAO de cogestion des bassins versants, un modèle réussi et applicable dans d’autres régions du pays, à travers le renforcement des capacités des structures institutionnelles et des partenaires et l’amélioration du niveau de vie des populations locales.

La réussite du projet nécessite l’implication de tous les partenaires concernés, les Institutions Provinciales, régionales et nationales, les Associations et Coopératives opérant dans la zone d’action du Projet, la population rurale usagère des potentialités naturelles du milieu, des composantes ciblées et concrètes susceptibles d’atténuer les contraintes posées, d’améliorer le système de production locale et élaborer des modèles efficaces de gestion et de planification à répliquer dans d’autres zones du Pays.

almouhitalfilah.fao

التعليقات مغلقة، ولكن تركبكس وبينغبكس مفتوحة.