La FAO inaugure une formation sur l’outil Collect Earth en partenariat avec Google

En collaboration avec le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification (HCEFLCD), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) inaugure ce matin à Rabat, la première formation régionale pour l’Afrique francophone sur l’outil Collect Earth en partenariat avec Google. L’atelier qui s’étale sur quatre jours à l’intention des experts de la région du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest. Le séminaire de formation est marqué comme un événement PRE-COP 22.

Le Représentant de la FAO au Maroc, M. Michael George Hage, a inauguré l’atelier en soulignant l’importance de cet outil qui permettra d’effectuer le suivi de mise en œuvre des Contributions Déterminées au niveau National (CDN) de tous les pays ayant signé l’Accord de Paris, accord qui rentrera en vigueur le mois prochain, et qui aidera à maintenir la hausse de la température due aux gaz à effet de serre en dessous de 2 degrés Celsius.

M. le Représentant a averti que l’outil Collect Earth, qui permet aux utilisateurs de générer des données géospatiales fiables à moindre coût, a de nombreuses applications, y compris la quantification de la déforestation, de la reforestation et de la désertification; l’exécution des évaluations obligatoires pour les Parties à la Convention sur le Changement Climatique; la création des bases de données socioéconomiques géographiquement explicites; le suivi des terres agricoles et urbaines; et la validation des cartes existantes.

M. Hage a ajouté que « Collect Earth a déjà été appliqué dans de nombreux pays et a servi à produire une évaluation globale des zones arides, représentant 45% de la superficie globale terrestre qui a permis d’identifier 1.11 milliards d’hectares de forêts dans les zones arides et de constater qu’il y a 13.5 milliards d’arbres hors forêts dans ces zones ».

Cet atelier de quatre jours vise à renforcer les compétences des participants pour analyser les données et informations sur les forêts et les autres types de végétation dans leurs pays respectifs et de générer des rapports fiables aux Conventions Internationales Environnementales. Il servira également à identifier des activités supplémentaires qui peuvent être envisagées après l’atelier, selon les besoins des pays et en collaboration avec les institutions et les experts nationaux intéressés.

Almouhitalfilahi:fao

شارك