Atelier national sur le palmier dattier

A l’initiative de l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole de Ouarzazate (ORMVAO) et la CTB Maroc-Agence belge de développement, ainsi que la participation active de plusieurs institutions et départements du Ministère de L’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts : en l’occurrence l’ANDZOA, l’INRA, l’ONCA, l’ADA et l’ONSSA….a été organisée, le vendredi 6 octobre courant, au siège de la province de Zagora, une importante rencontre autour de la principale culture agricole des oasis du royaume, le palmier dattier, à savoir l’Atelier National sur le Palmier Dattier.


L’organisation de cet atelier s’inscrit dans le cadre de deux projets : projet de développement des filières du safran et du palmier dattier dans les régions Souss-Massa et Draa-Tafilalet (PDFSD) et projet d’appui des groupements d’intérêt économique pour le développement de la filière phoénicicole au niveau des oasis marocaines (PAGIE). Ces projets sont le fruit de la coopération bilatérale entre le Royaume du Maroc et le Royaume de Belgique dans le domaine agricole.

Les deux projets s’inscrivent dans le développement de la stratégie du développement agricole du Plan Maroc Vert (PMV). Le budget alloué à ces projets est de 610 millions de dirhams.


La filière du palmier dattier a bénéficié d’un Contrat-Programme (CP) signé entre le Gouvernement et la Fédération Interprofessionnelle Marocaine des Dattes (FIMADATTES) en avril 2010 durant la période (2010-2020) pour la mise à niveau et le développement de cette filière. Ce contrat-programme intervient dans quatre axes :
1. Le développement des capacités nationales de production de souches et de vitro plants de palmier dattier ;
2. Le développement durable de la production et de la qualité selon un modèle intégré en préservant les ressources naturelles des palmeraies ;
3. Le développement d’une valorisation forte et pérenne ;
4. L’amélioration des conditions cadres de la filière.

Il faut dire que cet atelier national sur le palmier dattier s’imposait et vient à point nommé en préparation du Salon International des Dattes (SIDATTES) qui aura lieu du 26 au 29 courant à Erfoud.
Car ce fut l’occasion propice pour tous les intervenants de la filière, notamment les 24 Groupements d’Intérêt Economique (GIE), les bailleurs de fonds, les institutions et départements de tutelle du Ministère de L’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, de débattre de nombreux points et projets à même de soutenir le développement durable de la filière dattes notamment :
– la présentation de l’état d’avancement du contrat programme de la filière dattes (2010-2020) et des contraintes liées à son application par les divers signataires.
– la présentation de la Fédération Marocaine des Dattes (FIMADATTES), ses différentes composantes, ses axes d’intervention ainsi que ses réalisations depuis le début de son entrée effective en action en 2013.
– le partage des expériences entre les opérateurs de la filière en particulier celles liées à l’approvisionnement des unités de conditionnement des dattes, à la gouvernance au sein des GIE, et à la commercialisation de leurs produits.
– la discussion des pistes d’amélioration de la productivité et de la valorisation des dattes au sein des unités de conditionnement.


A cet effet, 3 groupes de réflexion ont été constitués parmi les membres de tous les GIE présents à l’Atelier National sur le Palmier Dattier, dont les résultats des travaux ont été présentés et partagés avec tous les autres participants.
A noter aussi l’importance extrême que revêt le secteur des dattes, non seulement au niveau des régions oasiennes du royaume mais aussi pour tout le pays, importance soulignée par tous les intervenants à cet atelier. En effet, avec ses 50 000 hectares, ses 6,6 millions de palmiers dattiers, s’étendant sur 4 régions économiques importantes (Région Orientale, Région Draa-Tafilalet, Région Souss-Massa et Région Guelmim-Oued Noun) et sa production dépassant 125 000 tonnes en année favorable, le secteur génère un chiffre d’affaires d’un milliard de dirhams et procure 3 millions de journées de travail directement profitables à nos oasis et les populations environnantes.
Néanmoins, les participants à l’atelier national sur le palmier dattier à Zagora, ont relevé plusieurs facteurs limitant actuellement le développement du secteur des dattes, et représentant des opportunités et des axes d’amélioration de l’activité dans le cadre du contrat programme sus cité, à savoir :
❖ La problématique liée aux ressources hydriques insuffisantes dans les oasis
❖ La problématique du manque des compétences humaines pour la bonne gestion des GIE et des unités de conditionnement des dattes.
❖ La nécessité impérieuse d’une mise à niveau technique et managériale tant au niveau des exploitations qu’au niveau des unités de conditionnement.
❖ La grande problématique de la mise en application des standards de qualité des produits répondant aux exigences des clients.
❖ L’innovation dans les outils de communication;
❖ L’application des techniques de marketing, de packaging et de commercialisation pour la conquête de nouveaux marchés tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger.
Mais de l’avis de tous les participants, cet atelier national sur le palmier dattier aura certainement contribué à :
▪ Mieux faire connaître le rôle et les moyens d’actions de la FIMADATTES par les Organisations de Producteurs
▪ Identifier les contraintes qui limitent le développement de la filière.
▪ Clarifier plus la vision, les objectifs de la filière du palmier-dattier afin que les intervenants puissent formuler des recommandations précises pour surmonter les contraintes.
▪ Et promouvoir et encourager les échanges des expériences et du savoir-faire entre les divers acteurs de la filière.
La continuité de cet atelier se fera à Erfoud le 27 octobre 2017. La journée aura pour thématique la gouvernance et l’innovation au profit des Groupements d’Intérêt Economique de dattes.

شارك